Fin de la gratuité de Google Maps

Fin de la gratuité de Google Maps

À partir du mois de juin, l’hégémonie de Google Maps comme LA solution pour présenter des cartes sur les sites Web et dans les applications va couter très cher aux éditeurs. Les conditions d’utilisation : gratuité et tarifs assez bas vont changer de façon drastique, en divisant par 25 le nombre d’affichages gratuits, ce qui peut remettre complétement en cause le modèle économique d’un éditeur. L’article de Christian Quest détaille clairement ces modifications.

Utiliser OpenStreetMap et OpenLayer

J’ai été plongé, depuis un an, dans le développement d’une application, bientôt disponible, utilisant très largement la géolocalisation et les cartes. Fort heureusement, un des critères du cahier des charges était de ne pas être dépendant des cartes de Google et nous avons donc utilisé OpenStreetMap pour les fonds de carte et la bibliothèque OpenLayer pour le développement de l’interactivité associée.

Surcoûts

Ces choix ont peut être occasionné un surcoût lors du développement, dans la mesure où il a fallu utiliser deux outils au lieu d’un seul entièrement intégré comme Google Maps. Mais il est très difficile d’estimer ce surcoût.

Par contre, il est très facile d’estimer le surcoût d’utilisation de Google Maps par rapport à ces technologies OpenSource. Et il est parfaitement clair que le choix de la « gratuité » de Google Maps par rapport au choix de « l’open source » de OpenStreetMap et OpenLayer aurait conduit aujourd’hui à l’abandon de l’application, tant son impact sur les conditions d’utilisation aurait été important.

Basculer de Google Maps à une autre solution ?

Dans les prochains mois,  cette question de basculement de cartes Google Maps vers d’autres solutions, soit payantes, avec des coûts plus réduits, soit Open Source avec le choix d’héberger son propre serveur de carte sera souvent posée.

En tout état de cause, elle nécessitera des nouveaux développements et l’acquisition de nouvelles compétences. Je proposerai bientôt des formations sur ces sujets, afin d’accompagner les développeurs dans cette démarche.  N’hésitez pas à me contacter en attendant pour avoir des détails.

Quelques ressources sur le C++ moderne (C++ 11 et C++ 14)

C++

A l’occasion d’une nouvelle session de la formation sur les nouveautés de C++ 11 et C++ 14, j’ai mis fait une mise à jour d’articles sur ces nouvelles versions et sur l’écriture de C++ moderne.

MSI et Windows Installer

A l’occasion d’une formation Installshield, j’ai rafraichi ma liste d’outils tournant autour de MSI et de Windows Installer.

Voilà un extrait de la panoplie :

MAKEMSI est un logiciel freeware qui permet de construire un package MSI à partir d’une description définie dans un fichier XML.

Dans la même lignée, j’aurais tendance à préférer WiX (Windows Installer Toolkit) qui utilise lui aussi une syntaxe XML pour décrire une installation. Il dispose d’un sous projet Votive pour manipuler ses fichiers avec Visual Studio.

Advance Installer est un outil de conception d’installation, avec une interface graphique, disponible sous plusieurs éditions. Il existe une édition gratuite qui permet de créer des projets simples.

Enfin, si Orca vous semble trop rudimentaire ou rébarbatif, vous pouvez utiliser InstEd pour éditer directement vos fichiers MSI.